Le site de référence de la planète Tango
Les personnages du tango
  Biographie - Oeuvre - Bibliographie
°
Sandra Rumolino
 
Etat-civil
 
    Née à Buenos Aires en 1960. Père d'origine italienne. 1989, mariage avec le danseur Jorge Rodriguez.
    Chanteuse. Comédienne
 
Carrière
 
     Son père lui transmet le goût pour la musique et elle commence par étudier le chant et la guitare à l’âge de 9 ans.
     Elle découvre ainsi la musique populaire de son pays et comprend très vite que son chemin est celui-ci. Elle s’inscrit par la suite au Conservatoire de la ville de Buenos Aires “Manuel de Falla” pour étudier le solfège, le chant et intégrer différents choeurs.

     En 1983, Sandra quitte l’Argentine pour l’Europe, faisant ainsi le parcours inverse de ses parents, afin de s’imprégner encore plus de cette nostalgie qui caractérise tant le tango argentin.
     Depuis ses débuts à Paris aux fameux Trottoirs de Buenos-Aires, elle poursuit un parcours où se mêlent le chant, le théâtre et la danse, participant ainsi tout au long de sa carrière à plusieurs spectacles autour du tango. Ou bien en donnant des concerts dans toute l’Europe.

    
 C’est dans une démarche pleine de féminité et sans manières apprêtées qu’elle sait recréer des tangos traditionnels en interprétant avec profondeur et subtilité le "spleen" argentin.

     Entre 1987 et 1993: “Como un tango” et “Aguantango” avec la troupe Gomina, dirigée par le guitariste Leonardo Sanchez (France, Allemagne, Hollande et Belgique), en 1992 “Flor de tango” (Paris) et entre 1995 et 1998 “Fatal-Tango” (France, Allemagne, Pologne et Norvège), créés et mis en scène par Jorge Rodriguez.

     En 2000/01, elle s’est produite dans la création “Pas à deux” mis en scène par Camilla Saraceni avec le Quartet Darsena Sur ( Théâtre de la Bastille, Théâtre National de Chaillot, tournée en région parisienne et Bruxelles). Elle fait partie de cette même compagnie pour “Charbons ardents”, spectacle créé en 2002 sur des textes et des poèmes de Philippe Léotard, musique composée par Gerardo Le Cam (La Filature de Mulhouse, Théâtre La Coursive à La Rochelle, Théâtre Jean Vilar à Suresnes, Espace 44 à Nantes).

     En 2002, elle a le rôle-titre dans “Maria de Buenos-Aires”, opéra-tango d’Astor Piazzolla et Horacio Ferrer au théâtre National de Taïpei à Taiwan, avec l’orchestre National des Flandres I Fiamminghi, mis en scène par Rudolf Werthen et en 2003 pour le même rôle, avec l’Ensemble régional de Basse Normandie dirigé par Dominique Débart, mise en scène d’Alfredo Arias (Théâtre National de Caen, Opéra de Tours et au Volcan du Havre). En 2004, elle reprend la version de R.Werthen à L’Arsenal de Metz et à l’opéra d ‘Avignon. Ces deux versions sont jouées avec le maître du bandonéon, “el maestro” Juan José Mosalini.
     Ce rôle qu’ elle interprète avec fougue et passion fut une révélation, tant pour elle que pour le public, qui la retrouve encore dans un autre registre musical .

     Entre janvier et juillet de cette même année, elle fera des concerts à travers la France (Limoges, Nancy, Carmeaux, Toulouse, Sanary, Nantes, Lille, Dauville ...)

     Elle participe en août 2004 en tant que comédienne dans le spectacle «Liberté - Liberty» mis en scène par Jérôme Savary, hommage au 60 éme anniversaire de la libération de Paris.

     Spectacle “Tangos, verduras y otras yerbas", en tournée dans toute la France, entre octobre 2004 et novembre 2005, textes de Jorge Rodriguez, mis en scène par C.Sarraceni.

     Chanteuse-comédienne dans « Mambo mistico » d’Alfredo Arias entre mars et mai 2005 à la MCLA de Nantes, au Théâtre National de Chaîllot et au Gymnace de Marseille.

     Elle est invité par l’ensemble Jerez-Le Cam dans la création « Tango imaginario » faite à la MCLA de Nantes en mai 2005.

     Invitée pour un hommage à Carlos Gardel dans la ville de Toulouse, accompagnée par le Quintette « Hora cero », le 2 août 2005.

     Comédienne et chanteuse dans « Un animal de dos lenguas » entre le 1 et le 10 septembre 2005 au théâtre Paris-Villette, dans le cadre du Festival de Jazz. Mise en scène Véronique Bellegarde, textes de Jacques Rebotier et Alejandro Urdapilleta, avec Médéric Colignon et Philippe Glaizes (musique) et Philippe Fretin (comédien).

     Tournée dans 44 villes Italiennes avec « Concha Bonita » d'Alfredo Arias entre novembre 2006 et mars 2006.

     Concerts en Hollande avec l'orchestre « Tango Dorado » en octobre et février 2006.

     Festival de Tango au Thèâtre National de Chaîllot avec le Grand orchestre de tango de J.J.Mosalini en juin 2006

    « Histoire vraie de La Périchole » m.e.s. par Julie Brochen : Festival international d'Art Lyrique d'Aix en Provence, Thèâtre de l'Aquarium à La Cartoucherie de Vincennes, Thèatre Les Gémeaux à Sceaux entre avril et octobre 2006.

     Après son premier album, “Automne” dirigé et arrangé par le pianiste et compositeur argentin Gustavo Beytelmann, et accompagnée par Gilberto Pereyra au bandonéon, Pierre Blanchard au violon, Ciro Perez à la guitare et Roberto Tormo à la contrebasse, elle a participé aussi à plusieurs enregistrements en tant qu’invitée, notamment celui du Grand Orchestre de tango de Juan José Mosalini “Ciudad Triste” (2001), avec qui elle chante régulièrement depuis 1997 dans le monde entier.

     Dans son dernier album “ Por la vuelta ” (2002), arrangé par le pianiste et compositeur Gerardo Jerez Le Cam, elle fait toujours preuve de modernité grâce à son nouveau répertoire, véritable palette de nuances et des différents rythmes de son pays où la subtilité et la finesse sont à l’honneur. Elle est accompagnée par Osvaldo Calo au piano, Eric Chalan à la contrebasse, Cyril Garac au violon et Victor Villena au bandonéon.
Elle est invitée réguliérement à participer à differentes emissions de radio: France Culture, France Inter, France Musique, RFI ...

     Épanouie et spontanée sur scène, elle possède un charme lumineux et puissant, qui nous permet de redécouvrir le tango, longtemps gominé par des vieux stéréotypes.
Sandra représente l’une des figures principales du tango argentin d’aujourd’hui.
 
Discographie
 
  • "Automne". S. Rumolino. 1995. Direction du pianiste et compositeur Gustavo Beytelmann
  • Couleur absence” - A.Politi (1996) (5 titres)
  • Un secreto” - A.Politi (1998) (1 titre)
  • Tangos volés” - musique du film d’Eduardo de Gregorio (2000) (1 titre)
  • Ciudad triste” -Grand Orchestre de tango J.J. Mosalini (2001) (2 titres)
  • Pas à deux” - musique du spectacle (2001) (5 titres)
  • Jeux de temps” – Jean-Marc Naoufal (2002) (5 titres)
  • Por la vuelta” - S.Rumolino (2002)
  • Tant qu’il est possible” – J.M.Naoufal (à sortir) (4 titres)
  • Tango imaginario”- Ensemble J.Le Cam (5 titres) (2005).
 
 
Références bibliographiques
 
- www.ar8.com.fr/sandrarumolino
- http://www.sandrarumolino.com
- http://lasalida.chez.com/encours/intervw219.html.
Longue interview de Martine Peyrot.