Le site de référence de la planète Tango
Les personnages du tango
  Biographie - Oeuvre - Bibliographie
 
Marcel Néerman
 
Etat-civil
 
    Né le 3 novembre 1886 à Saint Yrieix, Charente. Mort le 9 mai 1965 à Sainte Foy la Grande, 33220, Gironde. Epoux de Violette Berquin.
    Professeur de danse, avec sa sœur Lucienne (Née le 08/03/1891 St Yrieix Charente. Morte le 15/08/1968 à Dinard. Epouse de PORTEU de LA M. Francis
)
 
Carrière
 
    Professeur de danse, il anime avec sa soeur Lucienne, dans les années 1910-1920 un cours de danse à Paris, 51 rue Notre-Dame de Lorette, puis au 5 rue Théodore de Banville.
    Leur carte de visite précise : "
L'enseignement comporte les danses classiques, anciennes, nouvelles et de caractère. Théâtre. Danses enfantines, cotillon etc... Cours spéciaux de Double Boston et de Tango Argentin. Cours d'ensemble et leçons particulières."
 
Portrait
 

      Marcel Néerman est né à Saint Yrieix sur Charente en 1886. Il est le fils d'Albert, architecte, né à Paris et Amélie Fauchon, née à Saint Malo. Son père est le petit-fils d'un musicien gagiste dunkerquois, Jacques Antoine Néerman qui fut ensuite chef de musique dans la région dunkerquoise, à Gravelines et à Bourbourg.
      Lucienne, née à Angoulême en 1891, est une danseuse d'avant garde d'après le témoignage de son petit-fils. Elle organisait notamment, des concours de danse à Dinard après la guerre. Son mariage en 1922, met fin à sa carrière chorégraphique. Marcel rencontre Violette Berquin, Parisienne née en 1899, ils se marient en 1923.
     Marcel Néerman est devenu [dès ses débuts] secrétaire de la nouvelle Union des Professeurs de Danse de France, créée le 5 février 1920. Le comité est composé de : président d'honneur M. A. Périn, président Paul Raymond de l'Opéra, vice-présidents M. Stilb et M. Baraduc, trésorier M. George, secrétaire Marcel Néerman et secrétaire adjoint M. Moutin.
      Marcel est très actif au sein de cette association. Il écrit de nombreux articles pour l'une des revues spécialisées : la Revue de la Danse, dont il est le directeur depuis septembre 1920.
      Sa famille ayant coupé les liens avec le couple, je n'ai pas retrouvé d'information sur leurs activités. Je sais qu'ils se déplaçaient l'été dans les stations touristiques de l'époque, à Saint Sébatien, Saint Jean de Luz et Biarritz. Le couple termine sa vie à Port Sainte Foy et Ponchapt, au lieu dit Le Ruisseau Ouvert, où Marcel décède en 1965. Violette reste veuve pendant plus de trente ans et décède en 1995 à Sainte Foy la Grande ; elle a 96 ans.                                                               

                                                                                Christian Declerck

 Source : http://maitre-a-danser.blogspot.com/2018/10/marcel-neerman-professeur-de-danse.html
 
- La Presse, du 17 juin 1923 rend compte d'une prestation de Marcel Néerman avec sa partenaire Mlle Bayeux, au 3° Congrès annuel de la Danse.
 
Oeuvres comme auteur
 
 

      Il est l'auteur d'une méthode de danse du tango, publiée dans la partition du tango El Quéro ( El Quéso, selon l'album des Galeries Lafayette !), de Henri Herpin ▲▲, publiée en 1912 et 1913. Publication poursuivie et complétée dans la Revue de la Danse (n°2, mars 1920 / n°7, janvier 1921 / n°16 décembre 1921)

 

«  Véritable Tango Argentin.
Théorie de Marcel NEERMAN, professeur de danse.

     Le couple prend la position du Boston et exécute tous les pas dans l’ordre ci-dessous qu’il peut intervertir. Le cavalier part du pied droit en avant, la dame du gauche en arrière. Ils tournent toujours à gauche et évitent de rester trop longtemps sur le même pas. Quatre mesures par pas est une bonne moyenne.
    La dame exécutera du pied opposé les mêmes pas que le cavalier, sauf avis contraire.
     1° pas. Cavalier : poser le pied droit en avant presque devant le gauche, glisser le gauche en avant oblique à gauche, chasser le gauche en ne déplaçant presque pas le droit et poser le gauche derrière le droit en portant le poids du corps à gauche.  
     2° pas. Marche en avant en tendant bien la jambe au premier temps et en fléchissant légèrement au deuxième. Eviter le balancement à droite et à gauche.
     3° pas.  Recommencer le premier pas en tournant un peu puis croiser le pied droit assez loin derrière le gauche et plier ensuite, se relever et reprendre encore tout le pas.
     4° pas. Cavalier : Croiser le pied droit devant le gauche et tourner sur place, pendant que la Dame tourne autour du Cavalier par des petits chassés.
     5° pas. Marche sur le côté : Cavalier pied gauche, Dame pied droit. Poser le gauche sur le côté, croiser le droit devant, poser la pointe gauche devant le droit et chasser aussitôt le gauche en frappant le talon droit par terre. Tourner et répéter en partant du pied opposé.
     6° pas.  Poser le gauche en avant oblique à gauche, croiser le droit devant, poser le gauche en arrière et pivoter à gauche par trois pas.
     7° pas.  Croiser le droit devant le gauche. Poser le gauche à gauche, croiser le droit devant, poser la pointe gauche à gauche et tourner légèrement, puis croiser le gauche devant le droit et répéter à droite.
     8° pas. Poser le gauche à gauche, croiser le droit devant, poser le gauche à gauche et le droit en arrière. Répéter et reprendre le premier pas.
     9° pas. Glisser le pied droit croisé devant le gauche. Glisser le gauche à gauche e, portant le poids du corps lentement d’une jambe sur l’autre, répéter à droite et finir par le premier pas.

       A part ces neuf pas principaux, il existe des fantaisies que l’on peut intercaler dans le Tango lorsque l’on possède bien les principes. Je les tiens ainsi que tous renseignements, à la disposition des danseurs et professeurs. »
 

Publiée par « l’Union des Professeurs de Danse de France », la Revue de la danse, qui paraît tous les deux mois, est dirigée par le professeur de danse Marcel Neerman. Fondé en 1912, le périodique s’interrompt pendant la guerre et reparaît probablement en 1919. Le CND [http://mediatheque.cnd.fr/spip.php?page=revue-de-la-danse] présente, sous la forme numérisée, les numéros 1 à 21, de janvier 1920 à mai 1922.

     Néerman était donc le Directeur de cette Revue de la Danse. A ce titre, il a repris ses publications de sa théorie du tango, poursuivies et complétées dans différents numéros de la revue (n°2, mars 1920 / n°7, janvier 1921 / n°15, novembre 1921 / n°16 décembre 1921).
     Dans ces différents numéros, il reprend sa description de la danse avec beaucoup plus de détails techniques, et en donnant des noms aux différentes figures (La Dentelle, Les Spirales, Les Grands Assemblés, …) mais des noms qui n’ont rien à voir avec les appellations argentines.
     A remarquer que, dans le n° 15 de novembre 1921, il signale l’abandon des musiques de habanera au profit du Tango-Milonga, et que, dans le n° 16 de décembre 1921, il annonce l’abandon du Corte comme figure du tango.

     Notes :  - Marcel Néerman est également l’auteur d’une théorie du paso-doble,
                      publiée avec  la partition du Paso-Doble-Boléro, de José Sentis,
                      éditions Salabert, 1921, Paris.
                 - Dans sa bibliographie, Le Temps du Tango reprend l’erreur de l’album
                     des  Galeries Lafayette, en plaçant la théorie avec la partition de El Quéso,
                     au lieu de El Quéro, et en donnant 1913 au lieu de 1912.

 
Références bibliographiques
 
- http://maitre-a-danser.blogspot.com/2018/10/marcel-neerman-professeur-de-danse.html
- http://mediatheque.cnd.fr/spip.php?page=revue-de-la-danse
 
 

-