Le site de référence de la planète Tango
L'encyclopédie du Tango
 
Magic City. Paris. 1911-1942
 

                Le Tango en France, en 1911…

      C’est à Magic City, où vibre le cœur du Tout-Paris
des danseurs.
                              Le saviez-vous ?

      Magic City, c’est aussi le décor de délirantes fêtes homosexuelles, dans les Années Folles.

      Et, belle suite de cette histoire, Magic City devient
le premier studio de télévision en France.

                              Alors, en piste …

 
Une reconstitution historique interactive, proposée par la Collection Bibletango.
Textes, images & musiques : André Vagnon.
Films, animations & production : Jean-Philippe Dégletagne.
Edition : Eleana SA,(30100 Alès) - RCS 812 807 980 Nîmes..
 
               Pour avoir un aperçu sur Magic City :

              http://magic-city.bibletango.com
 
                                            Pour accéder au livre :

https://itunes.apple.com/fr/book/magic-city/id1104651900?mt=11
 

     MAGIC CITY. 1911-1942. Paris. Parc d'attraction et immense salle de danse. Le parc est situé entre les numéros 67 et 91 du quai d'Orsay, face au pont de l'Alma. La salle de bal est au premier étage du 188, rue de l'Université.
     L'ensemble est fondé en 1910 par un groupe financier dont Ernest Cognacq, le propriétaire des grands magasins La Samaritaine a peut-être fait partie, selon Wikipedia.
     Magic City a été le second parc d'attractions de Paris, après le Luna Park de la porte Maillot (1909). Mais il est beaucoup plus grand. Il comportait des attractions foraines, curiosités, spectacles, représentations « d’indigènes » et une grande piste de danse avec orchestre.    
    Et, selon la presse de l'époque, Magic City a été le berceau du tango à Paris.  

 
La salle de bal vers 1910
 

    Le lieu, en tant que salle de bal, est fermé par décision des autorités le 6 février 1934. Mais, jusqu'en 1942, la salle continue à servir pour des rassemblements.
    On peut penser que la fermeture de la salle de danse a été liée aux troubles importants générés par les bals de Mi-Carême, rassemblant homosexuels, travestis, et toute une population déchaînée qui faisait bruyamment la fête dans les rues avoisinnantes.

 

     Après la guerrre de 14-18, le parc d'attractions est détruit. La salle de bal continue, avec son cinéma au rez-de-chaussée. En 1942, le bâtiment de la salle de bal est rachetée par le gouvernement qui l'attribue à Paris-Télévision. L'Allemand Kurt Hinzman y installe un studio de télévision, directement relié à l'émetteur de la Tour Eiffel. Ce studio est inauguré le 30 septembre 1943 et émet jusqu'au 12 août 1944. Les émissions sont essentiellement destinées aux soldats allemands hospitalisé ou en convalescence. Puis, à la Libération, c'est la télévision française qui récupère les studios.